Notre métier, construire les meilleures conditions pour le vôtre.
Vous êtes ici > Communiqué(s) de presse > Négociations salariales chez Syngenta

Syngenta - Un accord trouvé in extremis, au bénéfice des travailleurs

Suite à des négociations difficiles qui ont nécessité l’intervention des Syndicats Chrétiens du Valais (SCIV) et des autres partenaires syndicaux, les partenaires sociaux ont finalement trouvé un accord salarial pour 2018, sous l’égide des bons offices de l’Office cantonal de conciliation.

Des négociations inabouties conduisant au bras de fer

Les négociations salariales ont été particulièrement difficiles cette année chez Syngenta. Les nombreuses séances de négociations n’ont en effet pas permis d’aboutir à un accord satisfaisant les deux parties. Notamment en cause, la volonté de la nouvelle direction de ne faire intervenir l’augmentation salariale qu’au mois d’octobre, au lieu du mois d’avril, ce qui est l’usage dans l’entreprise.

Etait en cause également le non-respect d’une certaine tradition dans le déroulement des négociations, dont la prise en considération du renchérissement tel que calculé par l’Office fédéral de la statistique.

Ce mépris des usages et une absence de volonté de négociation de la part de la nouvelle direction a poussé les partenaires syndicaux à un bras de fer qui a conduit l’ensemble de la communauté conventionnelle dans les bureaux de l’Office cantonal de conciliation.

Une discussion constructive chapeautée par les services de l’Etat

Le service de la protection des travailleurs et des relations du travail s’est ainsi vu interpellé pour accompagner la discussion entre partenaires sociaux. Celle-ci a finalement abouti à un accord :

  • une augmentation de 0.9 % de la masse salariale, avec entrée en vigueur à fin octobre 2018;

  • à cela s’ajoute une augmentation des primes d’équipe de 0.9 %, avec entrée en force au 1er janvier 2019;

  • finalement, la direction de Syngenta s’engage, à l’avenir, à respecter les usages en vigueur dans les négociations salariales.

Les Syndicats Chrétiens du Valais se disent satisfaits de ce résultat obtenu in extremis, qui a le mérite non seulement de maintenir le pouvoir d’achat des travailleurs, mais également d’avoir remis autour de la table de discussion les partenaires sociaux. Il est cependant à espérer que les négociations salariales à venir se dérouleront dans un climat plus serein et plus constructif.