Notre métier, construire les meilleures conditions pour le vôtre.
Vous êtes ici > Communiqué(s) de presse > Faillite 1Brik Sàrl

Les SCIV récupèrent Fr. 160'000.-- pour les employés de Mike Echenard

Les Syndicats Chrétiens du Valais (SCIV) sont parvenus à signer un accord avec Mike Echenard, patron de 1Brik Sàrl. Cet accord prévoit le remboursement aux employés touchés par la faillite de l’ensemble de leurs créances. Pour ce faire, Mike Echenard s’engage sur ses biens personnels.

Un travail de fond et un dialogue qui paient

Les Syndicats Chrétiens du Valais à Monthey ont suivi les travailleurs de 1Brik Sàrl depuis le début des difficultés rencontrées par l’entreprise et ont fini par requérir la faillite de l’entreprise en début août. Les SCIV ont ensuite mené d’intenses discussions avec le patron de l’entreprise, Mike Echenard, afin qu’il assume ses responsabilités envers ses employés et que soient trouvées des solutions viables pour l’ensemble des 16 employés concernés. En effet, ces derniers ont perdu quelque 160’000 francs en salaires impayés. Les SCIV sont parvenus à un accord qui prévoit le remboursement aux employés de la totalité des créances découlant du contrat de travail. L’accord prévoit également le paiement de l’intégralité des charges sociales usuelles dans la profession.

Une responsabilité sociale à souligner

Pour honorer cet accord, Mike Echenard s’est engagé sur ses biens personnels. Il a ainsi été convenu qu’il versera mensuellement un acompte aux SCIV jusqu’à extinction de toutes les créances de l’ensemble des employés. Un premier acompte sera déposé fin septembre. Mike Echenard a fait preuve, dans ce dossier, d’une responsabilité sociale que l’on souhaiterait voir plus souvent.

Le remboursement des indemnités versées par l’assurance-chômage

L’engagement des Syndicats Chrétiens du Valais a non seulement permis de récupérer des fonds au bénéfice des employés qui, sans cet accord, n’auraient pas pu toucher l’intégralité de leurs créances, mais va également permettre de rembourser à l’assurance-chômage les indemnités en cas d’insolvabilité, ainsi que les indemnités en subrogation déjà versées.

C’est une victoire de la ténacité, du dialogue et de la responsabilité sociale que nous pouvons saluer aujourd’hui.