Notre métier, construire les meilleures conditions pour le vôtre.
Vous êtes ici > Communiqué(s) de presse > Jeux Olympiques - Sion 2026

Pas de JO sans contrat social

Le Grand Conseil valaisan vient d’accepter la décision concernant le soutien financier à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver « Sion 2026 » en y intégrant un article concernant le respect des normes sociales et salariales en vigueur, notamment les conventions collectives. Les Syndicats Chrétiens du Valais (SCIV) saluent cette démarche.

Un contrat social

Un contrat social doit impérativement être signé par toutes les parties - Comité d’organisation (COJO), Conseil d’Etat, Villes-hôtes et syndicats - afin de permettre une organisation et un déroulement des Jeux respectant les normes sociales et salariales, et évitant tout dumping salarial ou concurrence déloyale qui pourraient être de nature à entacher l’image de cette grande manifestation.

Respect des CCT, des CTT et des conventions régionales ou nationales

L’attribution de tous mandats d’exécution de travaux doit se faire en respectant les conventions collectives de travail, les contrats-types de travail et les conventions régionales ou nationales. Ce principe est applicable à tous, y compris aux sous-traitants.

Accord dans les secteurs d’activité sans CCT, ni CTT ou conventions régionales

Pour les secteurs où il n’existe ni CCT, ni CTT, ni convention régionale, les partenaires s’engagent à conclure un accord fixant les règles à respecter (salaires minimums, durée du travail, droit aux vacances, heures supplémentaires, couverture maladie et accidents, LPP, forme du contrat, délais de résiliation).

Priorité à l’économie locale ou régionale

Dans le contexte des prescriptions en vigueur, la priorité doit être donnée à l’économie valaisanne.

Main-d’œuvre

Le comité d’organisation veillera à engager en priorité des travailleurs et travailleuses domiciliés dans le canton du Valais, en particulier des chômeurs et chômeuses. Une attention spéciale sera accordée à l’offre d’emplois adaptés aux jeunes en recherche d’un premier emploi, ainsi qu’aux personnes handicapées.

Commissions paritaires professionnelles

La responsabilité du contrôle d’application du contrat social incombe aux commissions régionales paritaires professionnelles, ou à défaut, au service en charge de la protection des travailleurs et des relations du travail.

Les SCIV ne peuvent concevoir de Jeux olympiques sans la signature d’un contrat social par les partenaires concernés. Ce contrat devra être intégré au concept de développement durable. Les SCIV s’engageront afin que l’organisation des Jeux olympiques ne rime pas avec sous-enchère salariale et sociale.