Notre métier, construire les meilleures conditions pour le vôtre.
Vous êtes ici > Communiqué(s) de presse > Initiative Congé paternité

Initiative Congé paternité. Aujourd'hui on dépose les signatures !

Après avoir participé activement à la récolte de signatures durant toute l’année écoulée, les Syndicats Chrétiens du Valais (SCIV) sont heureux et fiers de déposer aujourd’hui les signatures à la Chancellerie fédérale en compagnie de leur organisation faîtière Travail.Suisse ainsi que des autres associations membres du comité d’initiative.

Plus de 4'000 signatures récoltées en Valais

Ils ont été présents sur les marchés à travers l’ensemble du Valais romand et du Chablais vaudois, à la Fête de la Châtaigne à Fully, au Salon de la parentalité à Conthey, à la Foire du Valais à Martigny, ainsi qu’à Hérisson sous Gazon à Charrat. Ils ont sillonné le canton avec leur bus aux couleurs des SCIV et de l’initiative «Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille». Les Syndicats Chrétiens du Valais se sont très fortement engagés et mobilisés pour ce projet d’avenir et ont récolté plus de 4’000 signatures en Valais !

130’000 signatures déposées à la Chancellerie fédérale

En l’espace d’un an seulement, il a été possible de récolter 130’000 signatures sur l’ensemble de la Suisse. L’immense soutien recueilli dans toutes les régions du pays montre à quel point la population désire introduire enfin un congé paternité en Suisse. Avec le dépôt officiel de l’initiative ce 4 juillet, la balle sera de nouveau dans le camp du politique : l’initiative sera soumise à la votation populaire fin 2020 – au plus tard fin 2021 en cas de contre-projet – et un congé paternité de quatre semaines pourrait devenir réalité au plus tard le 1er janvier 2025.

Pour un congé paternité raisonnable…

4 semaines de congé payées à 80 %, soit 20 jours ouvrés, à prendre dans un délai d’une année après la naissance de l’enfant, voilà ce que propose l’initiative «Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille». Le congé doit pouvoir être pris de manière flexible, c’est-à-dire en une fois, ou en journées ponctuelles, ou en réduction du taux d’activité sur une période donnée.

…et abordable

L’équivalent d’un café par mois, à prélever sur les salaires, de manière paritaire et solidaire, c’est ce que coûterait le congé paternité proposé. Comme l’assurance-maternité, le financement passerait par le biais des allocations perte de gain (APG), dont le taux de prélèvement ne devrait pas être modifié à moyen terme. Cela représente moins de 1 % de ce que nous dépensons annuellement pour l’AVS.